Olivier URBANO

Bethléem Doloris / My pop song

Prélude de Claude DEBUSSY arrangé pour Oblique

​​

Né en 1972, Olivier Urbano, débute la musique en 1980 par l’accordéon musette, puis la guitare dans plusieurs groupes de rock. En 1990 il commence des études classiques et obtient licence de musicologie et DEM d'écriture, d’analyse et d’orchestration dans la classe de Jean-François ZYGEL. Il devient titulaire du Certificat d’Aptitude à l’enseignement de l’accordéon. Professeur au PESM de Bourgogne, à l’UER de musicologie de l’Université des Arts et Lettres et au Conservatoire de Dijon, il enseigne l’instrument, la composition et l’arrangement.

 

Parallèlement, Olivier Urbano est nommé lauréat du prix André MESSAGER, ainsi que de concours internationaux d’accordéon. Il jouera avec la violoniste Marie-Annick Nicolas, le pianiste Bruno FONTAINE ou le trompettiste Thierry CAENS sous la baguette de personnalités aussi diverses que Pierre CAO ou Maurice JARRE. 

 

Il enregistre un disque en duo avec violon ( Duo Hélios ) qui est le fruit d’une large palette de son savoir-faire : jeu de chambriste, transcriptions, composition originale, et qui est salué par la critique. 

 

Son activité d’arrangeur l’amène à travailler dans le milieu de la chanson française avec des jeunes artistes tels que BARCELLA (Les Francofolies de la Rochelle, l’Olympia…) ou encore Lisa PORTELLI.

 

Son activité de compositeur l’amène à se produire avec des orchestres symphoniques tels que l’Orchestre Dijon Bourgogne, qui créera son oeuvre « My pop song » ou l’Orchestre de l’Opéra de Rouen. Ses œuvres solistes et de musiques de chambre ont fait le tour du monde : Trilles et volutes est donnée à Pékin, Varsovie, Moscou… et  Bethléem doloris en version réduite de chambre est jouée de la Scandinavie à la Nouvelle Zélande. 

Bethléem Doloris

C’est à la suite de la rencontre inattendue entre Émilien DODEMAN, à l’époque gardien de conservatoire, et Olivier URBANO que l’œuvre voit le jour, fruit de l'unification de leurs styles musicaux : la fusion de la musique symphonique et de la musique électronique dans ce concerto pour clarinette. 

 

Réarrangé aujourd’hui pour OBLIQUE pour le saxophoniste Olivier BERNARD et trio claviers / basse / batterie, Bethléem Doloris fait naître quelquechose d’étrange et d’envoûtant avec cette évocation puissante de la guerre israélo-palestinienne, entre musique yiddish et jazz actuel.

 

My pop song

« J’ai été influencé à la fois par le motorisme de l’écriture rythmique de John ADAMS ou Steve REICH, par les longues plages de diatonisme imperturbable d’Arvo PÄRT et par la douce nostalgie émaillée d’optimisme de Radiohead. On dit de la vague pop des années 2000 qu’elle était "décomplexée". C’est comme cela que je qualifierais volontiers cette musique. » 

Bastien LALLEMANT

L'attente / Filature / Un fils de Dieu / Un million d'années / Le verger aux petits

Au loin la côte / La maison haute / Les ombres / L'empoisonneuse

Bastien LALLEMANT est né en 1972. Enfant, il étudie la musique et se met à la guitare à 14 ans. Il participe dès 1994 au groupe « Les Joueurs de Biques » avec lequel il autoproduira trois albums, et donnera quelques 300 concerts en France. Il écrit alors ses premières chansons. 

 

D’abord signé sur le label Tôt ou Tard, Bastien sort deux albums : Les premiers instants en 2003, puis Les érotiques en 2005, réalisé par Albin de la SIMONE, et avec la participation de Bertrand BELIN. C’est aussi la rencontre avec JP NATAF et Jeanne CHERHAL à l’occasion du disque Plutôt tôt, plutôt tard.


Puis Le verger paraitra en 2010 (Quai de scène / Acousti / L’Autre Distribution) inspiré du roman noir, recueil de douze chansons à la manière de courtes nouvelles. Le disque est unanimement salué par la critique. 

 

En 2015, paraît La maison haute son quatrième album qui, cette fois encore, est largement salué par une presse enthousiaste et unanime. Un disque profond dans lequel Bastien Lallemant, interroge la persistance de l'amour dans le temps, au travers douze chansons habitées et particulièrement intimes. Le disque est récompensé du prix "talent Charles Gros". Bastien est gratifié par le Ministère de la Culture du titre de Chevalier des Arts et des Lettres.

 

En 2019 paraîtra le cinquième album studio de Bastien Lallemant, entouré de musiciens amis comme JP NATAF, Seb MARTEL, Babx ou Fabrice MOREAU.

 

Depuis 2011, il collabore avec le dessinateur et auteur de BD, Charles BERBÉRIAN pour des "concerts dessinés". Bastien LALLEMANT écrit et interprète également des musiques pour des lectures. Il a collaboré avec Denis PODALYDES, Arnaud CATHRINE, François MOREL, Eric CARAVACA, ou encore Hypolite GIRARDOT. Et plus récemment Un loup pour l’homme de et avec Brigitte GIRAUD.

Po. Fernandez

7 pièces pour orchestre augmenté

Pierre-Olivier commence l'apprentissage du violon à l'âge de 6 ans sous la contrainte de ses parents, il échouera successivement en solfège, déchiffrage, écriture et pratiques d'ensembles. Son cursus classique est finalement avorté : il est renvoyé du CNR de Dijon en 1996.

Après une longue période de procrastination il tente de s'intéresser aux musiques traditionnelles nord-africaines et indiennes, essaye de se servir différemment de son violon et se hasarde à la pratique d'autres instruments. S'ensuit alors une suite de déboires au saxophone, un fiasco à la guitare et une déconvenue cuisante à la percussion mandingue.

En évoluant au gré de l'incertitude, d'une certaine forme de chance et des rencontres fortuites il parvient à se produire aux côtés d'artistes tels que Daniel FERNANDEZ, Bastien LALLEMANT, Yves JAMAIT, Albin de la SIMONE, Babx ou JP NATAF. Il rejoint par hasard la Cie du Théâtre des Monstres, la Cie Manie et la Cie Service Public de François CHATTOT. Il s'introduit dans des formations comme iltika, Hyperion, Damien SAINT LOUP, ou Urban Quintet ... et réussit (dans une certaine mesure) à composer pour l'orchestre du CRR Dijon, l'Ensemble Orchestral de Dijon, l’Ensemble Zic-Zag et Oblique.

Compositions de Pierre-Oliver FERNANDEZ

Extraits de l'album "io" du Quatuor Hypérion